Nouveautés Hors collection Proverbes & dictons Témoignages Guides Un regard sur notre monde Carnets de bord Récits Par Monts & par Vaux Poésie Beaux livres Livrets pédagogiques Livres numériques Epuisés


 
Par Monts & par Vaux
ABERS (NOUVELLE ÉDITION)
ABERS (NOUVELLE ÉDITION)
Dans les secrets de Benoît, Wrac'h et Ildut


Photographies Jean-Yves GUILLAUME
Texte Hervé QUÉMÉNER

Date de parution : Juin 2016
ISBN : 9782915002911
250
23 x 23 cm
Relié, cartonné
Rayon : France, régions, Bretagne
148 pages

27 €


Un ruisseau vif-argent se glisse au bas de prairies où paissent de placides bovins. Comment prendre au sérieux une si petite rivière, que ce soit à Pont-Reun, au moulin du Châtel ou au Diouris ? Pourtant, ces trois lieux-dits marquent le point où chacun des trois abers de la côte nord-ouest du Finistère se met à rêver de grandeur. Ici, l’aber Ildut, l’aber Benoît et l’aber Wrac’h changent de lit pour de grandes épousailles avec la mer d’Iroise. L’eau douce et l’eau salée vont se fondre sans qu’aucune ne perde son identité. Ensemble, elles vont déterminer un milieu naturel unique où se marient la terre et la mer. Les bienfaits d’une rivière tonique et d’un océan radouci par les ultimes ramifications du Gulf Stream se lisent dans la qualité de l’air baignant un paysage apaisé, fruit d’un climat ignorant les extrêmes. L’eau de la terre et celle de la mer entrent aussi dans une mystérieuse alchimie qui va profiter aux huîtres, moules, et ormeaux qu’élèvent les hommes, mais également à toute une faune sauvage et grouillante de poissons et de coquillages dont les oiseaux de mer disputent à l’homme le dernier maillon de la chaîne. Les Abers sont d’abord de grands comédiens capables de jouer dans tous les registres. À l’heure des grandes marées, ils prennent des allures de fleuves au cours ample et majestueux. Que le reflux, deux fois par jour, remporte vers l’embouchure la masse d’eau et la pièce se joue dans un tout autre décor. Le cours d’eau semble perdu dans un lit trop large. Il tutoyait des rives verdoyantes et voici qu’il chemine entre les masses plus sombres des dépôts alluvionnaires. Tantôt une flore d’estran tapisse les surfaces découvertes, tantôt la terre nue et luisante offre au soleil l’occasion de mille miroitements. « Aber » est devenu une sorte d’appellation contrôlée, réservée à la côte nord-ouest du Léon, dans le Finistère-Nord. Et l’usage populaire n’a retenu comme dignes de ce nom que les trois plus grands : Ildut, Benoît et Wrac’h. Cet ouvrage vous emmène à leur rencontre…

NOUVELLE ÉDITION

Réalisé avec Sitedit